Merci de selectionner du post a l’aide d’la souris De sorte i  pouvoir utiliser la transcription audio

Merci de selectionner du post a l’aide d’la souris De sorte i  pouvoir utiliser la transcription audio

Oups, l’article selectionne contient caracteres, c’est trop long ! Veuillez selectionner moins de 500 caracteres pour i?tre capable de l’ecouter.

L’Absente

Nastasia B

L’odeur du papier, des pages que l’on marche, des mots qui nous frappent, qui nous forment ou nous reforment, qui font couler les larmes ou l’encre. J’ecris aussi des critiques sur Babelio [+]

Machinalement, l’homme jette un coup d’?il au panier : Cela reste vide. Il te prend son cache-nez suspendu dans l’entree et enfile son manteau coupe-vent. Il s’assied sur le marchepied et chausse ses courtes bottes. L’horloge indique 7 heures di?s qu’il passe devant le crochet ou pendent les cles d’une maison, qu’il prend d’un geste mecanique. Cela referme a double tour la porte derriere lui sans trop savoir pourquoi, puis ressent avec un certain ravissement l’air frais et humide qui cingle le visage et lui fait danser la tignasse. Comme a son habitude, l’homme met son nez dans le vent, plisse un peu les yeux, remonte J’ai fermeture de sa propre veste impermeable jusqu’en haut et enfonce ses 2 mains bien a l’abri au fond des poches.Dans la droite, ils font son porte-monnaie : c’est pour aller chercher le pain. Dans la gauche, ils font un os de seiche aux trois quarts mordille et une laisse. Elle ne lui sert a rien aujourd’hui puisque Polka n’est gui?re avec lui. Polka, ca n’est peut-etre pas tres original mais ca sonne beaucoup, ainsi, la petite chienne identifie bien le nom. Ca lui suffit ; l’originalite n’a qu’a s’en satisfaire, elle aussi : votre n’est ni sa priorite ni son but.Comme souvent a une telle saison – on est a J’ai mi-novembre –, le vent envoie de fortes rafales qui l’arretent net et qui lui coupent la respiration l’espace d’un instant. L’homme a besoin de ca, aujourd’hui ; il adore cette sensation d’adversite qui lui arrive une mer. Il vient gouter l’air du large chaque matin et en tout temps. C’est sa plage, pour ainsi dire. Cela ne lui a jamais fait d’infidelite. Tout cumule, il n’y a gui?re plus d’une dizaine de semaines depuis qu’il loge a Grandcamp-Maisy ou il n’a gui?re frequente une plage, le vent, sa lumiere, le ciel ou son epi, la jetee coudee d’ou l’on a une vue splendide. Une ou 2 fois, c’est qu’il est cloue au lit, malade tel un chien ; nos autres fois, c’etait… pour Martine.

Martine, c’etait une toute petite bonne femme, gui?re plus haute que ca. Il avait l’air d’un geant a cote d’elle, lorsqu’ils se baladaient ensemble via la plage. Pourtant, sans l’ombre d’un doute, c’etait celle-ci qui dirigeait domicile ; c’etait 1 paquet d’energie, une boule de nerfs toujours en mouvement. Martine etait partout a la fois, ainsi,, avec sa petite mine de belette, l’air de rien, elle vous donnait des ordres qu’il eut ete inutile de vouloir contester. On va pouvoir dire qu’elle savait y faire, Martine : ca passait en douceur. Elle vous caressait au sens du pelage avec un sourire, une parole tendre, mais derriere bien ca, il y avait des armatures en acier trempe, vous pouvez me croire.Un jour, aussi qu’ils marchaient sur la plage avec Polka, Martine s’etait plainte d’une sorte de douleur au dos, dans la colonne vertebrale. On n’en avait gui?re fera environ cas que i§a, car avec bien la ti?che qu’elle abattait journellement, ca n’avait rien de surprenant. La balade avait ete belle, neanmoins ; Polka s’etait amusee comme une folle avec un os de seiche qu’on lui lancait et qu’elle courait recuperer.C’etait i  chaque fois le meme manege, inlassablement, toujours le aussi bruit des vagues, i  chaque fois analogues cris stridents de goelands, toujours les memes jets de la petite forme blanche et oblongue que la chienne parvenait des fois a rattraper en plein vol au tarifs d’un saut de toute beaute. Elle etait comme fiere en pareil cas ; elle ne le laissait plus rapidement, son os de seiche. Elle lui faisait sentir toute la puissance de l’ensemble de ses machoires, qu’elle retenait juste a temps libre avant qu’il n’eclatat sous Notre pression des crocs, tel pour lui signifier : « Si je le voulais, je ne ferais de toi qu’une bouchee. »

L’homme connait l’itineraire par c?ur ; ses bottes pourraient limite Realiser le chemin sans lui tellement elles ont crapahute via ce trajet, jour apres jour. Le vent vient du nord-ouest, le manteau sait qu’il va se gonfler pile au moment ou il va passer au coin du marchand de journaux ; il y arrive, bien 2 minutes… une, deux, paf ! ca l’fait : le manteau se gonfle. C’est bon de savoir qu’il y a des choses sur lesquelles on va pouvoir compter. I  nouveau deux rues et il y est.Passe l’abri d’la derniere maison, tel une grande claque. Ffffoooouuuuffff fait le vent avec une volonte nette de lui couper la respiration ainsi que lui arracher des poignees de cheveux. Chhhouuuuuch et chhhhiiichhh fait la mer en respirant, prete a tousser avec la gorge si?che. Un eternuement de temps en temps vient projeter de l’ecume jusque sur la chaussee, tellement cette dernii?re reste haute et grondante, aujourd’hui.

Cela se souvient de une chienne, pas Polka, celle d’avant – Praline, elle s’appelait –, qui se faisait toujours surprendre via des vagues de ce genre ; elle trouvait chaque fois le moyen de se faire tremper, aussi quand elle marchait sur l’asphalte. Ah ! ce qu’ils avaient pu rigoler de multiples fois, Martine et lui, en voyant Praline se faire surprendre via une vague bien froide ! Elle faisait alors un saut de carpe vers l’avant et se retournait, la queue entre nos pattes, Afin de savoir qui etait le plaisantin qui lui avait fait ce tour. Elle revenait ensuite vers le couple toute penaude et s’ebrouait tout pres d’eux, histoire de nos faire profiter des eclaboussures.C’etait le bon temps, ca, mais ils ne le savaient gui?re, alors ; ni lui, ni i§a, ni Notre chienne. Ca paraissait si loin, dorenavant. Notre chienne est morte depuis belle lurette. Ils avaient bon nombre pleure, s’etaient jure qu’ils n’en reprendraient plus car c’etaient des betes a chagrin, avaient tenu bon pendant a minimum pres un an puis, sans l’ombre http://datingmentor.org/fr/imeetzu-review d’une hesitation, avaient tout de suite dit oui si on un avait propose la petite Polka.Elle s’etait tres vite montree beaucoup plus futee que Praline ; plus agile, egalement. C’etait Martine qui avait eu l’idee de lui lancer un os de seiche, la premiere fois ; la chienne avait tout de suite compris qu’elle pouvait aller le chercher et le rapporter Afin de continuer le jeu. Praline n’etait sans doute nullement capable de ce genre de subtilites.

Enrollment Inquiry

    Name (required)

    Email (required)

    [honeypot MiddleName]

    Phone

    Message

    ×